Une Réserve pour

PROTÉGER LE CIEL ÉTOILÉ

 

UNE PREMIÈRE MONDIALE

Poursuivant les différents efforts à travers le monde pour lutter contre la pollution lumineuse et protéger l'intégrité nocturne, la région entourant le mont Mégantic est devenue en 2007 la toute première Réserve internationale de ciel étoilé certifiée par l'International Dark-Sky Association (IDA).

Centrée sur le parc national et l'Observatoire du Mont-Mégantic, la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM) s'étend actuellement sur une superficie totalisant près de 5300 kilomètres carrés. Afin d'inclure les principales sources de pollution lumineuse des environs, le territoire de la RICEMM couvre une grande zone d'un rayon approximatif de 50 km autour du mont Mégantic.

 

On y retrouve ainsi les 14 municipalités de la MRC du Haut-Saint-François à l'ouest et 19 municipalités de la MRC du Granit à l'est. Située à 60 km à l'ouest, la ville de Sherbrooke fait aussi partie de la réserve de ciel étoilé et en est un partenaire très important. 

Le processus ayant mené à la désignation de Réserve internationale de ciel étoilé IDA a contribué au développement d'une expertise régionale en gestion de l'éclairage extérieur. La participation des 34 municipalités de la Réserve et à la mise en place de règlements sur l’éclairage extérieur ont contribué au contrôle et à la diminution de la pollution lumineuse, qui avait grandement augmenté au cours des décennies précédentes. Grâce à la conversion initiale de milliers de luminaires, la pollution lumineuse au cœur de la Réserve a été réduite de plus du tiers, tout en permettant à la région d'économiser près de 2 gigawattheure d'électricité par année.

Suite à la création de la RICE du mont-Mégantic, de nouvelles réserves internationales certifiées par l'IDA ont vu le jour à travers le monde. De plus, de nombreuses villes et parcs ont suivi l'exemple des pionniers que sont la ville de Flagstaff en Arizona et le monument national Natural Bridges en Utah.

QU'EST-CE QU'UNE RICE ?

IDA-Logo-Simple-Mark.png

Selon la définition qu’en donne l’International Dark-Sky Association (IDA), une réserve internationale de ciel étoilé (RICE) est un espace public ou privé de grande étendue jouissant d’un ciel étoilé d’une qualité exceptionnelle et qui fait l’objet d’une protection à des fins scientifiques, éducatives, culturelles ou dans un but de préservation de la nature.

 

La réserve doit comprendre une zone centrale où la noirceur naturelle est préservée au maximum ainsi qu'une région périphérique où les administrateurs publics, les individus et les entreprises reconnaissent l’importance du ciel étoilé et s’engagent à le protéger à long terme. L’IDA définit également des communautés, des parcs, des sanctuaires ainsi que des lieux urbains de ciel étoilé.

RÉSERVE INTERNATIONALE DE CIEL ÉTOILÉ

ZONE PÉRIPHÉRIQUE

ZONE CŒUR

Dans le passé, certaines régions à travers le monde se sont elles-mêmes qualifiées de « Réserve de ciel étoilé » car aucun organisme n’était encore en mesure d’émettre une reconnaissance internationale basée sur des critères précis. Avant 2006, seule la Société Royale d’astronomie du Canada (SRAC) avait mis en place un programme de reconnaissance visant à souligner les efforts des communautés pour limiter la pollution lumineuse.

 

Craignant que ceci n’affecte la crédibilité d’un véritable plan de protection du ciel étoilé, l’IDA a mis sur pied un comité de travail pour définir et encadrer les « Réserves internationales de ciel étoilé », les « Parcs internationaux de ciel étoilé » ainsi que les « Communautés internationales de ciel étoilé ». La région du mont Mégantic a servi de modèle pour l’élaboration des critères à remplir pour l’obtention de ces dénominations.

On ne peut que se réjouir du nombre grandissant d'endroits de protection du ciel étoilé certifiés à travers le monde.

 
2013-01-30 Montage_Cartes_zones-small_we

Lac-Mégantic

Sherbrooke

Montréal

RICEMM_limites_web.png
OMM.png

Mont Mégantic

Québec

Historique

1978/

Observations astronomiques au mont Mégantic

Comme les activités de recherche, d'éducation et de tourisme de la région du mont Mégantic reposent sur l'observation astronomique, la protection du ciel étoilé y revêt une importance cruciale. L'éloignement géographique ne la garantie malheureusement pas et la pollution lumineuse à l'Observatoire du Mont-Mégantic (OMM) avait plus que doublé durant sa première vingtaine d'années d'opération.

 

En croissance constante, la pollution lumineuse risquait de compromettre à moyen terme la rentabilité scientifique et la vocation de l'OMM. Il était alors devenu impératif d'arrêter la croissance et de réduire la pollution lumineuse.

1998/

Une lumière envahissante

C’est à la fin des années 1990 que la lutte contre la pollution lumineuse a véritablement commencé. L’OMM était alors en pleine démarche de mise à jour et de renouvellement de ses équipements et souhaitait préserver sa capacité d’observation.

 

Des analyses préliminaires ont alors permis de déterminer les contributions lumineuses environnantes :

  • 50% pour les municipalités situées à l'intérieur d'un rayon de 25km

  • 25% pour la ville de Sherbrooke

  • 25% pour les autre sources lumineuses se trouvant à plus de 25km

Malgré leur petite taille, les municipalités en périphérie contribuent significativement à la pollution lumineuse enregistrée à l'observatoire car l'éclairement décroît grandement en fonction de la distance. Ces municipalités constituaient donc des cibles prioritaires dans la réduction de la pollution lumineuse autour du parc national du Mont-Mégantic.

2002/

Début d'un projet pour le ciel étoilé

En 2002, le président de l’ASTROLab et les directeurs du Parc national du Mont-Mégantic et de l’OMM ont défini ensemble les grandes lignes d’un projet visant à réduire significativement la pollution lumineuse dans la région.

 

En considérant les besoins de tous et chacun et dans un esprit de solidarité régionale, les objectifs nécessaires à la création d'une réserve internationale de ciel étoilé ont été fixés. À terme, le projet devait permettre la préservation de la capacité de recherche scientifique et le potentiel récréotouristique de l'astronomie au mont Mégantic.

 

Pour ce faire, le plan d'action visait trois axes d'intervention principaux :

  1. la SENSIBILISATION, pour faire connaître les enjeux et les solutions;

  2. la RÉGLEMENTATION, pour permettre un préservation à long terme;

  3. la CONVERSION de luminaires, pour diminuer la pollution lumineuse.

2005/

Réglementations et conversions

Une après l'autre, la MRC du Granit, la MRC du Haut-Saint-François et la Ville de Sherbrooke ont adoptées des réglementations pour protéger le ciel étoilé tout en favorisant la mise en place d'éclairages de qualité.

Suite a l'adoption des premiers règlements, une grande phase de conversion de luminaires publics et privés a été entreprise dans les municipalités situées à proximité du mont Mégantic. Ainsi, municipalités, entreprises et citoyens participaient à la réduction de la pollution lumineuse.

2007/

Naissance de la première

Réserve internationale de ciel étoilé

Les travaux accomplis dans le Projet initial de lutte contre la pollution lumineuse ont permis de convertir plus de 3 300 luminaires dans 17 municipalités. Ce projet a permis de faire économiser plus de 1 700 000 kWh/année d'énergie, ou environ 200 000$ d'électricité, à toute la région.

 

Les résultats obtenus à ce jour sont incontestables : avec une réduction de plus de 35% de la pollution lumineuse, la région a véritablement retrouvé ses étoiles!
 
Le 21 septembre 2007, c'est avec une grande fierté que la région du mont Mégantic a été officiellement reconnue par l’IDA en tant que Réserve internationale de ciel étoilé, la première au monde!